La huitième couleur

La huitième couleur
La huitième couleur

Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde en forme de disque est juché sur le dos de quatre éléphants, eux-mêmes posés sur le dos d’une tortue.

A Ankh-Morpork, l’une des villes de ce Disque-monde, les habitants croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l’air tellement inoffensif, bonhomme chétif fidèlement escorté par un Bagage de bois magique circulant sur une myriade de petites jambes.

Tellement inoffensif que le Patricien avait chargé le calamiteux sorcier Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la guilde des voleurs et celles des assassins, mission périlleuse qui va les conduire loin: dans une caverne de dragons et peut-être juqu’aux rebords du disque.

Car Deuxfleurs appartenait à l’espèce la plus redoutable qui soit: c’était un touriste…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.