SILVERBERG Robert (1936)

« Serein et mesuré, d’une désarmante lucidité, toujours conscient de la lourdeur mécanique terrestre alors que son regard demeure perpétuellement songeur, Robert SILVERBERG semble rêver d’un monde d’ivresse et de dissemblance. » (Philippe HUPP) Romans à la chaîne : La trajectoire de SILVERBERG dans la Science Fiction américaine est l’une des plus singulières qui soient. Débutant à…