SILVERBERG Robert (1936)

Robert SILVERBERG
Robert SILVERBERG

« Serein et mesuré, d’une désarmante lucidité, toujours conscient de la lourdeur mécanique terrestre alors que son regard demeure perpétuellement songeur, Robert SILVERBERG semble rêver d’un monde d’ivresse et de dissemblance. »

(Philippe HUPP)

Romans à la chaîne :

La trajectoire de SILVERBERG dans la Science Fiction américaine est l’une des plus singulières qui soient. Débutant à l’âge de dix-huit ans, il reçoit dès 1956 le Hugo du nouvel auteur le plus prometteur. Il commence alors à inonder les magazines d’une multitude de nouvelles, se dissimulant derrière au moins vingt-cinq pseudonymes différents, personnels ou collectifs (c’est-à-dire partagés par plusieurs auteurs), écrivant à l’occasion en collaboration, notamment avec Randall GARRETT, autre stakhanoviste de la SF des années 50 et 60 (on a dit en plaisantant qu’à eux deux SILVERBERG et GARRETT avaient écrit certaines années la moitié de la SF publiée aux Etats-Unis). Bien entendu, la qualité moyenne de la production se ressent de ce rythme effréné ’la plupart des romans de SILVERBERG paraissent alors en « ACE DOUBLE », collection de poche qui colle dos à dos deux textes d’auteurs différents).

Le temps du changement :

A la fin des années 60, après une période au cours de laquelle il produit davantage d’ouvrages documentaires que de SF (souvent destinés à la jeunesse et portant sur les sujets les plus divers : l’archéologie, la médecine, les fossiles, Les Indiens d’Amérique, l’Eldorado), SILVERBERG s’impose une spectaculaire mutation, à moins qu’elle ne soit, comme il l’a affirmé, consécutive au traumatisme causé par l’incendie qui ravage sa maison. Ecrire lui devient moins facile, moins routinier, mais ce qui sort de sa plume est d’une toute autre dimension (travailler dans la douleur signifie chez SILVERBERG ne produire que trois romans par an !). Cette période, qui s’étend de 1967 à 1976, demeure celle de presque tous ses livres majeurs : Les Ailes de la nuit, qui marque le début de cette brusque évolution et décrit avec sensibilité, au long de trois nouvelles, l’attente du retour des extraterrestres sur une Terre revenue à un stade technologique primitif , L’Homme dans la labyrinthe, qui suit avec brio le parcours psychologique d’un homme condamné à errer dans un labyrinthe sans fin , Les profondeurs de la Terre , La tour de verre , Le Fils de l’homme, évocation en forme de médiation d’un futur extrêmement lointain , Les Monades urbaines, brillante réussite sur le thème classique de la surpopulation , le fort curieux Livre des crânes , L’Oreille interne, que certains tiennent pour le chef-d’œuvre de SILVERBERG et qui conte la lente déchéance de David Selig, le télépathe en proie à la disparition progressive de ses pouvoirs. Ce sont pour la plupart des romans inquiets et ambitieux, à l’écriture intense, décrivant des tragédies personnelles ou collectives, avec pour thèmes notables la crise de l’identité et la difficulté de communiquer.

Le retour :

Pour SILVERBERG, c’est aussi le temps des désillusions. Las de s’entendre reprocher son pessimisme et de se voir préférer des écrivains de piètre envergure, il déclare forfait après un dernier roman, Shadrak dans la fournaise (1976). Puis, quelques années plus tard, et non sans avoir poursuivi entre-temps son œuvre d’anthologiste, c’est donc le retour avec la série des Lord Valentin. Lui qui ne devait plus écrire se lance maintenant dans d’énormes volumes à suites multiples ( cycle du « Peuple » commencé avec A la fin de l’hiver, un cycle consacré à Gilgamesh…), avouant cependant à l’occasion se sentir un peu coupable de s’être éloigné de la veine de L’Oreille interne, de ce « don », et de ne plus savoir ( ou vouloir ? ) retrouver ce niveau de qualité. Au bout du compte, de tous les écrivains de SF de quelque importance, peu ont écrit autant de mauvais romans que SILVERBERG, et peu en ont écrit autant d’excellents.

Informations extraites du Guide « La Science-fiction » par Lorris MURAIL, ed.LAROUSSE

Bibliographie

  • Résurrections (1962 – Pocket 5428)
  • La guerre du froid (1964 – Hachette Bibliothèque rouge)
  • Les déserteurs temporels (1967 – Livre de Poche 7281)
  • La porte des mondes (1967 – Pocket classiques 6213)
  • Les déportés du cambrien (1967 – J’ai Lu 1650)
  • Le chemin de l’espace (1967 – J’ai Lu 1434)
  • Les masques du temps (1969 – Livre de Poche 7001)
  • Revivre encore (1969 – Pocket 5319)
  • Les temps parallèles (1969 – Marabout 592 ou Superlights 20)
  • L’homme dans le labyrinthe (1969 – Omnibus, Chute dans le réel)
  • Les profondeurs de la Terre (1970 – Livre de Poche 7063)
  • Les monades urbaines (1971 – Livre de Poche 7225)
  • Le temps des changements (1971 – Livre de Poche 7052)
  • L’oreille interne (1971 – Livre de Poche 7098)
  • L’homme programmé (1972 – Pocket 5200)
  • Le livre des crânes (1972 – Pocket 5171)
  • Le maître du hasard (1975 – Livre de Poche 7120)
  • Shadrak dans la fournaise (1976 – J’ai Lu 2119)
  • Tom O’Bedlam (1985 – J’ai Lu 3111)
  • L’étoile des gitans (1986 – Livre de Poche)
  • Opération pendule (1987 – J’ai Lu 3059)
  • La saison des mutants (avec Karen Haber) (1989 – J’ai Lu 3021)
  • Lettres de l’Atlantide (J’ai Lu 3167)
  • Le retour des ténèbres (avec Isaac ASIMOV) (1990 – Pocket 5494)
  • La face des eaux (1991 – Livre de Poche 7191)
  • Thèbes aux cent portes (1991 – J’ai Lu 3227)
  • L’enfant du temps (avec Isaac ASIMOV) (1991 – Pocket 5539)
  • Thèbes aux cent portes (1991 – J’ai Lu 3227)
  • Les royaumes du mur (1992 – Livre de poche 7205)
  • Tout sauf un homme (avec Isaac ASIMOV) (1993 – Plon)
  • Ciel brûlant de minuit (1994 – Livre de poche 7214)
  • Starborne (1996 – J’ai Lu 4109)
  • Les guetteurs des étoiles (Pocket 5253)
  • Trips (1972 – Pocket 5353)
  • Les chants de l’été (1981 – J’ai Lu 1392)
  • Compagnons secrets (Denoël PDF 490)
  • L’appel des ténèbres (Denoël PDF 518)
  • Pavane au fil du temps (J’ai Lu 2631)
  • Le nez de Cléopâtre (Denoël Présences)
  • Les éléphants d’Hannibal (1996 – Denoël PDF 573)
  • Horizons lointains (2000 – J’ai lu Millénaires )
  • L e grand silence (2002 – J’ai lu 6178)
  • Les jeux du Capricorne – Nouvelles au fil du temps (1971-1981) (2002 – J’ai Lu 7715)
  • Roma Aeterna (2003 – Livre de Poche 31273)

Gilgamesh

  1. Gilgamesh, Roi d’Ourouk (1984 – L’Atalante)
  2. Jusqu’au porte de la vie (1989 – Livre de Poche)

Le cycle du Peuple

  1. A la fin de l’hiver (1988 – Livre de Poche 7182)
  2. La Reine du printemps (1990 – Livre de Poche 7183)

Le cycle de Majipoor

  1. Le château de Lord Valentin (1980 – J’ai Lu 2656)
  2. Chroniques de Majipoor (1982 – Livre de Poche 7073)
  3. Valentin de Majipoor (1983 – Livre de Poche 7119)
  4. Les montagnes de Majipoor (1995 – Livre de Poche 7216)
  5. Les sorciers de Majipoor (1996 – Livre de Poche 7240)

Laisser un commentaire