Rêves de Gloire

Rêves de Gloire
Rêves de Gloire

de Roland C. WAGNER

Le 17 octobre 1960 à 11 h 45 du matin, la DS présidentielle fut prise sous le feu d’une mitrail­leuse lourde dissimulée dans un camion à la Croix de Berny. Le Général décéda quelques instants plus tard sur ces dernières paroles : «On aurait dû passer par le Petit-Clamart. Quelle chienlit…»

De Gaulle mort, pas de putsch des généraux, pas d’OAS, pas d’accords d’Évian, pas de réfé­rendum, et Alger reste française.

De nos jours, à Alger, l’obsession d’un collec­tionneur de disques pour une pièce rare des années soixante le conduit à soulever un coin du voile qui occulte les mystères de cette guerre et de ses prolongements…

Un roman polyphonique et jubilatoire sur lequel souffle le vent de l’histoire.

Récompenses

Ce roman considéré comme le chef d’oeuvre de Roland C. Wagner a été récompensé par :

  • le nouveau grand prix de la science-fiction française 2011,
  • le prix européen Utopiales des pays de la Loire 2011,
  • le prix ActuSF de l’Uchronie 2011,
  • le grand prix de l’Imaginaire 2012,
  • le prix Rosny aîné de façon posthume à la 39e convention nationale française de science-fiction 2012.

Rêves de Gloire sur le net

Un commentaire Ajoutez le votre

Laisser un commentaire