Le théatre des opérations

Le théatre des opérations
Le théatre des opérations

Imperceptiblement, ce qui ne fut qu’une poignée de notes éparses rasemblées à la va-vite dans un fichier de mon ordinateur devint un bazar du XX° siècle dont l’origine fonctionnelle venait d’un besoin à peinr conscient de mettre un peu d’ordre dans le chaos naissant de mes ouvrages, d’élaborer secrètement un travail de taupe dont la parution serait remise à un plus tard indéfini au cours du prochain siècle, et ainsi de m’engager dans la voie d’une discipline quotidienne, plus toxique encore que les toxiques dont je m’empoisonne la cervelle, discipline rigoureuse dont je m’apparaît que plus tard, bien plus tard, à l’heure où j’écris ces lignes, à quel point elle m’est devenue nécessaire, à quel point elle menace mes propres faiblesses, exige de moi une éthique à la mesure des horizons esthétiques que j’essaie péniblement de dégager:

une éthique de la lame, donc, la recherche d’une cohérence entre l’arme et l’organe, comme la fulgurance d’un sabre mise au service d’un désordre baroque, c’est-à-dire de ce méta-ordre qui surgit de la saturation et de la prolifération.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.