Le monde inverti

Le monde inverti
Le monde inverti

J’avais atteint l’âge de mille kilomètres. De l’autre côté de la porte, les membres de la guilde des Topographes du Futur s’assemblaient pour la cérémonie qui ferait de moi un apprenti. Au delà de l’impatience et de l’appréhension de l’instant, en quelques minutes allait se jouer ma vie.

Helward Mann est l’un des habitants de la cité Terre, une mégalopole progressant sur le sol inconnu d’une planète effrayante. Il ne sait rien de l’extérieur et doit maintenant jurer qu’il ne révèlera jamais ce qu’il y découvrira. Mais le long des rails qui mènent à l’optimum, Helward découvrira un monde dominé par le chaos et la barbarie, des paysages déformés, éclairés par l’hyperbole du soleil.

C’est avec ce roman, où de mèlent sense of wonder et spéculations scientifiques, que Christopher Priest s’imposa en 1974 comme l’un des plus talentueux auteurs de la science-fiction britannique.

Laisser un commentaire