CARD Orson Scott (1951)

Orson Scott CARD
Orson Scott CARD

Avant CARD, personne n’avait gagné les prix Nebula et Hugo deux années de suite : en 1986 pour La stratégie Ender, et en 1987 pour La voix des morts.

Né à Richland, Washington, CARD a grandi en Californie, en Arizona et dans l’Utah. Il a vécu pendant deux ans au Brésil en tant que missionnaire pour l’église mormonne. Il vit maintenant en Caroline du Nord avec sa femme et ses cinq enfants.

Orson Scott CARD est un créateur d’Univers. Son originalité et la richesse de ses écrits viennent du caractère religieux qu’il y injecte, et le sens profond du devoir qui caractérise ses héros. Ce qui l’intéresse par dessus tout, c’est développer les relations complexes entre ses personnages soumis à une situation dramatique.

ENDER le Xénocide

C’est en 1985 que CARD explose avec La Stratégie Ender . L’histoire, comme souvent chez lui, d’un très jeune héros dont on suit la douloureuse initiation, que l’on voit affronter des épreuves successives et sortir du combat à la fois vainqueur et brisé.

Ender est un soldat, il est l’arme ultime, le champion de la Terre face à une invasion extraterrestre. Jusqu’au bout, il joue son rôle à la façon d’un gamin aux prises avec le programme d’une cassette vidéo. C’est à la fin de la partie seulement qu’il prend conscience de ce qu’il a fait : il a détruit une race entière, les Doryphores, dont on ne sait pas au bout du compte quelles étaient leurs intentions.

Dans une suite baptisée La voix des morts, CARD nous montre son héros chargé d’une faute inexpiable. Ender est devenu le porte-parole des morts , tâche sociale consistant à dire la vérité au nom des disparus. Par-dessus tout, il cherche sa rédemption en tentant de trouver une planète d’accueil pour le dernier survivant de la race des Doryphores, qu’il transporte dans une sorte de cocon, tel le poids de ses propres péchés. Il choisit de tenter cette implantation auprès des Piggies, qui est la seconde race extraterrestre jamais découverte dans l’univers, ce qui nous vaut de la part d’Orson Scott CARD une leçon d’ethnologie-fiction absolument magistrale. Un troisième volet poursuit la série en 1992 la série : Xénocide.

Bibliographie

  • Une planète nommée trahison (1979 – Denoël PDF 306)
  • Les maîtres chanteurs (1980 – Folio SF 66)
  • Espoir du Cerf (1983 – Denoël PDF 385)
  • Sonate sans accompagnement (1981 – Denoël PDF 349)
  • Patience d’Imakulata (1987 – L’Atalante)
  • Abyss (1989 – J’ai Lu 2657)
  • La rédemption de Christophe Colomb (1996 – L’Atalante)
  • Le trésor dans la boite (1996 – L’Atalante)

Les chroniques d’Alvin le faiseur

  1. Le septième fils (2000- Folio SF 14)
  2. Le prophète rouge (2000- Folio SF 15)
  3. L’apprenti (2000- Folio SF 16)
  4. Le compagnon (1995 – L’Atalante)
  5. Flammes de vie (1998 – L’Atalante)
  6. (The Crystal City – à venir)

La geste Valois

  1. Jason Valois (1989 – L’Atalante)
  2. Contes de Capitole et de la Forêt des eaux (1989 – L’Atalante)

La série Ender

  1. La stratégie Ender (1985 – J’ai Lu 3781)
  2. La voix des morts (1986 – J’ai Lu 3848)
  3. Xénocide (1991 – J’ai Lu 4024)
  4. Les enfants de l’esprit (2000 – J’ai Lu Millénaire)
  5. (Ender’s Shadow – 1999)

Terre des origines

  1. Basilica (1992 – L’Atalante)
  2. Le général (1993 – L’Atalante)
  3. L’exode (1994 – L’Atalante)
  4. Le retour (1995 – L’Atalante)
  5. Les terriens (1995 – L’Atalante)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment vos données de commentaires sont traitées.